Je ne vois pas trop quoi te dire.

 

J'ai l'impression que tu te trompes. Mais c'est peut-être moi. Ou peut-être toi.

 

Alors, je vais juste faire quelque chose de simple. Comme je pense que ton jugement est faux, je ne vais pas l'écouter.

C'est comme si je disais "Arrête de tout le temps boire du whisky, tu ne te rends pas compte que tu vas faire comme ta mère ?". C'est hâtif. Vide de sens, rapide, faux.

C'est ce que je ressens avec ce que tu me dis. Comme nous n'avons plus l'occasion de nous parler aussi longuement qu'avant, comme je n'arrive plus à m'ouvrir à toi, et l'inverse, un paquet d'informations ne passe pas. Tu ne sais donc pas ce qu'il se passe, puisque tu n'en es pas informé. Tu n'as que des bribes, et avec ça ton esprit construit l'image qu'il a de moi depuis plusieurs jours.

 

Soit nous parlons plus, soit nous ne parlons plus.

 

Je te laisse le choix.