J'ai pensé à toi, beaucoup, en entendant puis en écoutant cette musique. Je pense que ça résume assez bien l'état dans lequel je, nous sommes ? Ou tu t'en fous ?

Tu penses à quoi, maintenant ?

Que je passe mon temps à faire des conneries ?

T'essayes de boire pour (m')oublier ?

Et après, après, tu fais quoi ? Tu peux plus sortir, tu verras, ça va t'enchaîner au berceau ces choses-là.

Comment, comment je peux comprendre que ton ex est dans ta maison mais pas moi ?
Après ça...

Comment tu ne peux pas me supporter mais te sacrifier et l'avoir, elle ?

J'ai mal, et c'est de ma faute.

Et tous les jours, je le vois, je le sens, et ça ne s'en va pas. Tu me manques, et c'est difficile, sans toi.

Tu penses à quoi, maintenant ?

Moi, je vais aller boire. De la gentiane, de la bière. Me pinter la gueule et je saurai plus marcher. Enfin, je saurai, mais tu vois l'idée. Avec l'esprit trop concentré à contrôler chaque muscle pour pas se casser la margoulette pour qu'il puisse se consacrer à toi. À moi. À ce nous qui est parti en voyage, parce que je l'ai envoyé chier.

Putain, mais heureusement que j'ai des potes, ou au moins des gens qui font bien semblant. Sinon, je pense pas que je serais capable de continuer à exister.

Comment tu fais ? Comment t'arrives à continuer ?

Comment on fait pour se relever de ça ? C'est possible au moins ?

Le pire, je crois, c'est qu'on se comprend. Sauf quand j'ai mal. Là, ça brise. Et tout s'éteint.