La vie n'a plus de sens.

Jonathan me manque, hay, et la vie avance dans une direction, sans qu'on sache si c'est la bonne, car on ne connaît ni la destination, ne la finalité.

Chaque instant où mon esprit est vide, je tourne sans cesse des images noires dans ma tête.

Heureusement, je devrais pouvoir trouver de quoi m'occuper. Des gens, par exemple, des colocataires qui rient, qui font des choses, et puis, des gens qui me touchent, des gens à toucher, des courses à faire, des prix à calculer, des appartements à chercher, tout ce genre de choses...

 

Heureusement que je ne suis pas encore seule. Je me précipiterais contre les murs, je crois.