Quand je pense à toi, je suis triste. Je ne me rappelle plus de ton visage.

Alors, ça me fait pleurer.

 

Puis après, je tente de me souvenir des choses que je peux invoquer dans ma tête.

 

La sensation de ta langue dans ma bouche, par exemple. Ton regard quand ton menton est posé sur mon ventre et que tu me fixe avec tes grands yeux. Le pli que je pouvais toucher avec la pulpe de mes doigts, sur tes bras. Le creux dans ta poitrine. Tes cheveux dans mes mains. Les milliards de particules formant ton dos que j'aimais caresser. Me réfugier dans tes bras.

 

Et je souris.