Iel est assis sur une chaise.

Ses parents lui prennent la tête, comme quoi iel appelle pas assez souvent. Iel est prisonnier de cette obligation.

Iel a le choix entre faire des études ou gagner de quoi manger. Iel a-t-il vraiment la liberté de son avenir ?

Iel a un enfant. Il faut le lever à 7h30, l'emmener à l'école à 8h30, aller le chercher à 18h30 au plus tard, lui faire à manger pour 19h, et le coucher à 20h. Iel est encastré dans ce rythme.

Son physique est un problème. Iel entend régulièrement des critiques sur son poids, sur ses cheveux, sur sa pilosité faciale. Iel n'a pas le choix de son apparence.

Iel a un salaire presque trop faible par rapport à ses dépenses. Lorsque la comptabilité fait des erreurs sur son buletin de paie, iel est pris à la gorge.

Iel ne peut pas demander de second badge pour le garage. Le syndicat l'enferme dans des problèmes du quotidien.

Iel, c'est moi, c'est vous, c'est ton père, c'est ta tante, c'est ta caissière, c'est le type qui marchait dans la rue l'autre jour.

 

Et la devise de la France commence par Liberté ?