Je suis un puits de violence.

C'est à dire que je n'exprime pas, je garde tout en moi, je le contiens le plus possible. J'essaye de canaliser, mais ça marche mal.

Toute cette violence que les autres me font, que j'ai peur de donner aux autres, elle tourne en moi et me fait chavirer le coeur...

J'ai découvert qu'il en fallait très peu pour que ça dégénère.

Non, ça n'a pas débordé, c'est resté en moi. Je crois qu'il aurait mieux valu que ça explose, quitte à détruire autours de moi, plutôt que de me détruire de l'intérieur.

Mais être violent, c'est la facilité. Il est beaucoup plus facile de se laisser aller à ça plutôt que de rester passif et calme.