C'est assez drôle que Fleur ait parlé de l'infarctus de DJM et des symptômes du truc. Mon père a fait un très gros infarctus ce dimanche (le 13 au soir). Vu ce que ma mère m'a raconté au téléphone hier soir, il a à mon avis failli mourir à ce moment-là. Bah oui, parce que les symptômes ont dû commencer vers 17h et qu'il n'a été pris en charge à l'hôpital qu'à 18h30/19h...

C'est abominable.

Au début, je voulais écrire "incroyable", mais ce n'est pas assez fort. Et pas assez péjoratif.

 

Ma mère a appelé le 15, qui était occupé.

Puis elle a appelé le 18, qui lui a dit qu'ils ne pouvaient pas lui envoyer de secours (ils ne savaient pas encore qu'il s'agissait d'un infarctus, les symptômes étaient : mal dans les deux bras de manière intolérable -connaissant mon père = beaucoup beaucoup de douleur-, difficultés à respirer, et toux qui a commencé au moment où maman a appelé les secours) et qu'ils la redirigeaient vers le 15.

Le 15 qui la renvoie vers un médecin de garde, qui va les rappeler.

20 minutes plus tard, ma mère décide d'emmener mon père à l'hôpital (~20 à 30 minutes de la maison en voiture), le médecin rappelle à ce moment-là, elle lui explique qu'elle part pour l'hôpital.

Traversée de la porte d'entrée à la voiture = 30 bons mètres. Ma mère doit faire 1m55, mon père 1m75, ça a pas dû être facile, elle m'a dit qu'elle a espéré qu'il n'allait pas s'effondrer avant la voiture, elle n'aurait pas pu le porter.

Trajet jusqu'à l'hôpital en lui posant des questions.

Arrivée à l'hôpital, garée à l'arrache devant les urgences, elle va chercher du secours.

Revenus à la voiture, mon père qui a vomi suite au malaise qu'il est en train de faire, il est pris en charge de suite et ma mère est laissée là, seule, avec le service de sécurité qui lui demande de dégager car elle est en zone de non-stationnement...

Elle a attendu après avoir garé et rapidement lavé la voiture, un quart d'heure, et l'infirmier qui avait pris mon père en charge, en partant, est allé la voir pour lui dire que mon père était en train de faire un gros infarctus et qu'il allait être transporté dans un hôpital à Lyon.

Le temps de faire les papiers, elle l'a vu passer en brancard, avec un urgentiste qui lui a donné l'adresse de l'endroit où ils le transféraient. Elle m'a appelé à ce moment-là pour me tenir au courant, puis elle est repassée à la maison pour demander à quelqu'un de l'accompagner parce que faire la route seule ne lui semblait pas possible.

Le temps d'arriver au second hôpital, mon père était opéré, et surtout sauvé... Ils lui ont posé 3 stents à ce moment-là, ce sont des petits tubes souples en métal qu'on met dans les artères pour les obliger à rester bien ouvertes. Ils ont dit à ma mère qu'il allait rester sous haute surveillance toute la nuit.

 

Je sais pas vous, mais moi, d'avoir entendu l'histoire, j'ai pleuré, de rage ! Qu'est-ce que c'est que ces services d'urgence de MERDE ? Si ma mère n'avait pas eu de voiture ? Hein ? Et si mon père était tombé en arrêt cardiaque dans les 20 minutes entre le 15 et le médecin ? Ou dans la voiture en direction de l'hôpital ?

 

J'ai appelé dimanche soir pour avoir des infos, maman m'avait dit que ça allait (c'était après qu'il ait été opéré).

J'ai rappelé hier, c'est là qu'elle m'a raconté ce qu'il s'est passé. Je ne me sentais vraiment pas bien, à ce moment-là. Et à chaque fois que j'y repense, j'ai la poitrine qui se serre et j'ai besoin de respirer fort pour ne pas pleurer.